Accueil du site > Organisation > Réseau régional > ASMADE > ASMADE

Association Songui Manegré / Aide au Développement Endogène

Rapport annuel 2016

L’année 2016, a connu l’exécution de onze (11) projets au niveau de l’ONG ASMADE. Ces projets embrassent cinq (5) secteurs d’intervention de l’ONG ASMADE à savoir : (i) de l’amélioration de santé des populations, (ii) du secteur de l’accès des populations à l’eau, l’hygiène et assainissement, (iii) du secteur de l’autonomisation des jeunes et éducation au développement, (iv) du secteur de l’environnement et de la sécurité alimentaire et enfin de celui (v) du Genre et autonomisation des femmes. De ces onze projets, six (6) ont été du secteur de la Santé, un (1) du secteur de l’eau, hygiène et assainissement deux (2) du secteur de l’autonomisation des jeunes et éducation au développement, deux (2) du secteur de l’environnement, agriculture.

I. Dans le secteur de la santé ; les différentes actions menées l’ont été à travers :

  • Le Programme de « Renforcement des Capacités d’acteurs de changement social engagés dans des réseaux pour la promotion de la démocratie et des droits économiques et sociaux » a permis de renforcer les capacités des équipes de mise en œuvre du programme sur la méthodologie de la « Cartographie des incidences » et sur l’Economie Sociale et Solidaire (ESS)
  • Le Projet d’Extension de la Couverture des Mutuelle de Santé ( PECMS) dans les provinces des Banwa et de la Kossi /Région de la Boucle de Mouhoun, qui a connu l’organisation et la réalisation de diverses activités (causeries-débats, formations, des sensibilisations….) des journées promotionnelles sur les mutuelles de santé. Ce projet financé par la banque mondiale, a permis la mise en place de cinq(5) nouvelles mutuelles de santé dans les Banwa et la Kossi.
  • Projet « Améliorer la santé des populations du district sanitaire de Bogodogo dans la région du centre, avec l’appui financier de Médecins du Monde Espagne. Diverses activités ont été menées dans ce projet, dont les tenues de rencontres avec les autorités, les partenaires et les cibles pour informer de la mise en œuvre du projet ; les activités de sensibilisation par mois (causeries éducatives, représentations théâtrales, projection vidéo, émissions radio etc.). aussi des activités de plaidoyer auprès des leaders communautaires en vue de susciter chez ces derniers des attitudes et des comportements favorables à leur implication dans la vie des formations sanitaires.
  • Projet d’« Accélération de la couverture en planification familiale dans 21 villages relevant de 3 Centres de Santé et de Promotion Sociale (CSPS), Gaongo ; Monomtenga, Tampinko, du district sanitaire de Kombissiri, province du Bazèga Région du Centre Sud, Burkina Faso » financé par AFRICAN WOMEN’S DEVELOPMENT FUND (AWDF). Les rencontres de plaidoyer ont permis d’une part de convaincre certains leaders sur la nécessité d’adhérer aux actions de promotion de la planification familiale, et d’autre part, d’identifier les leaders hostiles à cette pratique. Le constat est que ces leaders sont mieux ouverts maintenant aux échanges portant sur la planification familiale, mais la veille doit être maintenue auprès d’eux afin qu’ils soient complètement acquis à la cause de la planification familiale. Les agents de santé des centres de santé concernés témoignent de l’apport considérable des actions du projet aux indicateurs de santé et de PF et de dépistage d’IST en particulier
  • Programme : Innovation et synergie pour un changement durable en faveur des DSSR des adolescentes d’Afrique de l’Ouest francophone, financé par Amplify change. Le programme est porté par l’ONG ASMADE en collaboration avec d’autres organisations de la société civile (EquiPop du Burkina, CeRADIS du Bénin, Lafia Matassa du Niger, RAES du Sénégal). Le programme a permis de contribuer à la création d’un environnement plus propice à l’accès effectif des adolescentes aux droits et aux services socio-sanitaires en particulier en matière de santé sexuelle et reproductive.
  • Projet : Mobiliser en faveur des droits et de la santé sexuelle et reproductive : une Alliance pour les femmes et les adolescentes d’Afrique de l’Ouest, financé par la fondation Melinda et Gâte. Ce projet a permis de renforcer les engagements des gouvernements et autorités politiques sur la planification familiale à travers : 1. L’organisation et la tenue d’un évènement mobilisateur réunissant les détenteurs de droits ainsi que les détenteurs d’obligations de droits autour du thème « quelles approches utiliser pour sensibiliser les jeunes sur la PF » ; 2. Lancement d’une campagne de mobilisation sociale dénommée « Génération PF : ensemble choisissons l’avenir » 3. Production de quatre émissions radio phoniques (les premiers rapports sexuels ; l’éducation sexuelles en milieu scolaire ; Les grossesses précoces ; la contraception)

II. Dans le secteur de l’eau, l’hygiène et assainissement

  • Projet « Promouvoir l’eau potable, et l’assainissement en milieu scolaire dans les villages de Barkuitenga et Koassingha - Commune de Ziniaré - Burkina Faso » avec l’appui financier de Wallonie Bruxelles International (WBI) à travers l’Association pour l’Action de Développement Communautaire (AADC). La mise en œuvre des activités du projet a permis à la population des villages de Barkuitenga et de Koassanga d’améliorer leur niveau de vie et de santé. Les élèves de Barkuitenga avec le forage ont eu la facilité d’accès à l’eau potable et, par les sensibilisations ils ont pu établir les interrelations entre le manque d’hygiène et assainissement avec la propagation des maladies. Cela a permis l’adoption de bons comportements en matière de consommation de l’eau de boisson. Aussi la prise en compte du genre dans les modules de sensibilisation a permis avec l’approche participative à travers l’interactivité entre animateurs et élèves de battre en brèche les préjugés et stéréotypes liés au genre et d’amener tous les élèves (filles et garçons) à accepter d’exécuter les travaux ensemble les élèves ont développé leur jardin potager pour avoir des condiments pour la cantine endogène.

III. Dans le secteur de l’autonomisation des jeunes et éducation au développement

  • Projet Sécurité Alimentaire Formation et Education au Développement / volet Education au Développement et à la Citoyenneté financé par Défis Belgique Afrique (DBA). Le projet a permis de soutenir la réflexion et l’organisation actives de jeunes sur les enjeux du développement local et de la sécurité alimentaire. Il s’agit de : 1. une conférence thématique sur la citoyenneté organisée à Ouagadougou avec une participation de 100 jeunes 2. la participation de 200 jeunes dont 100 Burkinabé et 100 Belges au séjour d’immersion et d’échanges interculturels au Burkina Faso s’inscrivant dans les principes de EDC. 12.000 plants ont été plantés durant les séjours d’immersion à Koudougou et Ouagadougou 3. Une campagne de sensibilisation sur l’initiative est réalisée avec une participation de 3.211 élèves provenant de 20 établissements secondaires de la ville de Koudougou et de la commune de Saaba à Ouagadougou
  • Projet Accompagnement aux activités du point Accueil Jeunes (PAJE). Le PAJE est un centre d’accueil initié par l’ONG ASMADE . Ce centre situé à Saaba permet aux jeunes de bénéficier de formation (Entreprenariat, leadership et éducation citoyenne,…) de s’informer.

IV. Dans le secteur de l’environnement et de la sécurité alimentaire

  • Le Programme Sécurité Alimentaire–Accès à l’eau potable et à l’assainissement- Formation et Education au développement (SAFE) en partenariat avec Défi Belgique Afrique (DBA) qui a permis la réalisation d’un micro barrage dans le village de Moka autour duquel, un périmètre maraicher a été aménagé pour les femmes en situation de vulnérabilité. Ce micro barrage a augmenté la capacité de rétention en eau des nappes phréatiques. Ainsi les producteurs disposent de l’eau en quantité dans leur puits pouvant leur permettre d’augmenter leur superficie. Cela a permis d’accroitre les superficies de productions maraichères et à amener les producteurs (trices) à se tourner vers la production de spéculations plus rentables et qui demandent plus d’eau. Par exemple avant la mise en place du barrage, 06 producteurs sur les 20 enquêtés exploitaient une superficie comprise entre 0-0.25 ha ; et après la réalisation du barrage ce chiffre est passé à 03 ha. Concernant le volet éducation au développement, l’intérêt des jeunes pour les actions d’éducation au développement s’accroit, signe d’une prise de conscience de ces jeunes des problématiques nationaux et internationaux. A travers les activités de sensibilisation et de formation des jeunes scolaires de la ville de Koudougou et de Saaba-Ouaga, 150 jeunes se sont engagés à suivre le Cycle d’Education au Développement et à la citoyenneté qui a contribué à améliorer leur compréhension sur le fonctionnement du monde et l’esprit critique des jeunes et surtout à les faire réfléchir davantage sur les comportements solidaires et responsables.
  • Le projet de Création d’une Ferme-école Agro écologique d’apprentissage et de capitalisation des initiatives locales d’adaptation aux effets des Changements Climatiques dans la commune rurale de Saaba. Au total 35 jeunes exploitants ont été recrutés pour recevoir les formations en début 2016 sur : les techniques agricoles, les techniques environnementale, les techniques d’élevage. Après deux (2) années de mise en œuvre du projet, le progrès est assez remarquable : 1. Un espace d’expérimentation est mis en place pour permettre aux élèves, aux chercheurs, aux étudiants et aux éventuels visiteurs de s’approprier le concept de l’agro écologie. 2. L’engagement des exploitants agricoles se concrétise par leur engouement autour de la thématique. Le désir d’apprendre une nouvelle technique agricole, solution aux effets néfastes des changements climatiques est nettement observable.

V. Dans le secteur du genre et autonomisation des femmes

En adoptant un axe stratégique sur le Genre dans son plan de développement, elle montre ainsi sa volonté à prendre en compte les principes universels d’égalité et d’équité des sexes, de non-discrimination et selon une approche droits dans la planification, la conception, la mise en œuvre le suivi et l’évaluation de ses programmes/projets en faveur des populations. L’organisation a poursuivi, au cours de 2016, son accompagnement et soutien au profit de CARTPL, réseau comprenant environ 86 associations actrices/acteurs de la restauration et de la transformation des produits agroalimentaires de 4.500 femmes.

Toutes ces actions ont été menées grâce à l’organisation mise en place par l’ONG ASMADE et qui concourent à son professionnalisme.

Sur le plan financier, l’ONG a bénéficié du soutien de ses partenaires ; ce qui lui a permis d’avoir les résultats qu’elle a connus au cours de l’année 2016 dans l’exécution des différents projets et programmes.

Documents joints

Le management des connaissances au service du développement