Accueil du site > Projets par pays > Cameroun

Extension des services financiers des établissements urbains de microfinance en faveur des populations rurales - Centre, Extrême Nord, Nord

Logo CIDR Logo MIFED Cameroun


Le Cameroun a un fort potentiel économique et humain. Il a du pétrole, des minéraux et des conditions très favorables à l’agriculture et à l’élevage. Le secteur rural a un poids important dans l’économie : 20% du PIB, 50% des recettes d’exportation hors pétrole ; il donne du travail à 60% de la population active et assure la sécurité alimentaire. Cependant, les paysans constituent une fraction moindre de la clientèle des EMF pour des raisons liées à la frilosité des institutions financières vis-à-vis du secteur agricole. Or le financement des besoins d’investissement et d’exploitation des opérateurs économiques de ce secteur agricole pourrait accroître la production et la distribution des denrées alimentaires tout en créant de nouveaux emplois. Le projet vise donc à créer une offre pérenne des services financiers adaptés aux besoins des populations rurales pour soutenir la production agricole locale et améliorer des revenus des agriculteurs.

L’objectif de ce projet est de :

  • Développer l’offre de services financiers en milieu rural
  • Améliorer les revenus et la qualité de vie des populations rurales
  • Promouvoir une microfinance participative qui favorise le renforcement du capital et la cohésion sociale
  • Repérer les liens entre les acteurs des filières agricoles et agroalimentaires pour favoriser le développement économique et social
  • Renforcer les capacités organisationnelles de CEC- Cameroun

Pour faire face aux changements intervenus dans l’environnement (concurrence et réglementation), il a fallu restructurer le réseau en fusionnant les caisses non rentables, passant de 13 à 10 agences en fin 2015.

Pour éradiquer les fraudes, chaque agence est dotée d’un inspecteur et la Direction Centrale des opérations a été mise en place pour coiffer l’exploitation et les opérations.

L’appui a aussi porté sur la mise en conformité avec l’organisation d’un audit indépendant approfondi qui a permis l’élaboration d’un plan de redressement en réponse à l’injonction de la COBAC qui est revenue sur : le respect des normes prudentielles par renforcement du capital ; la radiation de crédit en retard de plus de deux ans.

CEC Cameroun a mis en oeuvre les recommandations relatives aux manuels de procédures et à la reconfiguration de l’organigramme. Elle a bénéficié aussi de l’appui du programme MicroLead grâce aux performances atteintes dans le cadre EMF2.

Fiche mise à jour en septembre 2016

Le management des connaissances au service du développement