Accueil du site > Actualités > Assemblée générale de mars 2012

Assemblée générale de mars 2012

La première assemblée générale 2012 de l’AIDR s’est tenue à Autrèches (France) du 19 au 23 mars 2012. Elle a approuvé à l’unanimité le rapport annuel et les comptes de résultats 2011 de l’association et donnée quitus aux administrateurs pour l’exercice de leur mandat 2011.

Au cours de cette assemblée deux nouvelles organisations ont été accepté comme membre temporaire : BASE (Bureau d’Appui Santé et Environnement) du Tchad et AGED (Association pour la Gestion de l’Environnement et le Développement) du Burkina.

Trois jours de travail ont été consacrés à la formulation du nouveau programme 2012-2015 de l’AIDR autour des axes suivants : structuration du réseau régional AIDR et recherche d’articulation avec d’autres réseaux régionaux ; mise en place de développement de plates-formes nationales (menant des actions de plaidoyer, s’impliquant dans les collectifs d’ONG du pays, mettant en œuvre des plans de communication commun, organisant des forums thématiques au niveau national, etc.) ; renforcement des activités de service aux membres (recherche-développement et innovation, formation et implication de cadres nationaux dans des activités de management des connaissances, renforcement des compétences organisationnelles et managériales, etc.) ; développement d’outils techniques et financiers permettant aux membres de faire appel à des expertises externes.

La dernière journée de l’assemblée a abordé, avec l’appui d’un cabinet de consultants (Association française des fundraisers) la problématique de la collecte de fonds privés par les ONG du Sud dans leur pays d’origine. Cette journée était la première étape d’un cycle alliant formation et accompagnement à la mise en place d’une stratégie de développement de collecte de fonds privés. Il s’est agi d’une première prise de contact visant à permettre aux participants de s’immerger dans les questions que soulèvent la mise en œuvre d’une démarche de collecte de fonds auprès d’acteurs privés.

Les trois principaux objectifs de cette journée étaient de faire émerger la problématique et les hypothèses de départ inhérentes à cette démarche ; permettre à chacun d’exprimer ses besoins pour mieux appréhender le sujet ; identifier avec les participants les modalités d’une analyse et d’une prise en compte de leurs réalités locales. Cette première journée de travail sera prolongée et des axes opérationnels définis lors des prochaines assemblées générales de l’AIDR, en particulier lors de l’assemblée d’octobre 2012 à Madagascar.

Le management des connaissances au service du développement